Peppino Impastato : La tragédie n’est pas la fin, le silence seul la rendrait telle

Mère & Fils, ensemble pour un même combat : Le don de soi pour la justice

Que peut toute une famille face a la détermination d’un fils qui refuse d’obéir à la loi infâme de ceux dont il exècre la loi ?

Voici l’histoire singulière de Peppino, fils d’une famille mafieuse originaire de la contrée sicilienne de Cinisi.


Que peut une mère face à la force titanesque de ces mains de l’ombre agissant contre les fruits de son doux sein, du berceau au tombeau.
Que peut donc une mère face a la volonté fortement nuisible de ceux à qui tous les siens, ou presque, ont naturellement prêté allégeance depuis si longtemps ?
Peppino est né le 5 janvier 1948, dans une famille qui était déjà, depuis longtemps, affiliée à cette mafia sicilienne dont on entend souvent parler partout dans le monde. Et, pourtant, il s’y ’est rebellé contre toute attente, ne voulant s’asservir à la loi de ceux qui tant l’horripilent.
Il y laissera la vie et se fera massacrer. Ses assaillants essayeront de le faire passer pour un piètre terroriste.
Son propre père sera tué pour l’exemple.


Peppino, pour son grand malheur, est issu d’une famille affilié à la mafia sicilienne. L’une de celles qui n’agit et ne rend compte qu’aux chefs de cette toile Monumentale, crainte partout. Mais, comme tant d’autres, cette famille avait-elle vraiment le choix ?

Ce jeune-homme a milité contre les membres de la toile, toute sa vie durant. Il a commencé par dénoncer tous les mafieux de sa ville, malgré les tentatives infructueuses de son père pour l’en empêcher, dans le but de le protéger. Face à l’obstination de Peppino à vouloir combattre la mafia, en justicier singulier, son père le chasse de la maison par peur des représailles.

Néanmoins, le jeune rebelle s’acharne à poursuivre sa lutte, dénonçant jusqu’aux hommes politiques mafieux, à travers les émissions qu’il anime alors sur une radio, de sa propre création, comme au cours de manifestations diverses rassemblant les jeunes et le grand public.

Ceux contre qui Peppino s’est acharné tuent son père, espérant qu’il se calmerait. Mais se fut le contraire. Plus déterminé que jamais, le jeune-homme consacre chaque jour de son existence à les poursuivre sur les ondes autant qu’ailleurs. Sa mère craint alors véritablement pour sa vie, d’autant qu’il s’expose ainsi ostensiblement aux menaces de ses ennemis déclarés.

Un jour, à la fin de l’une de ses émissions radiophoniques, Peppino est capturé par un groupe de mafieux. Ceux-ci le lapident en visant la tête et explosent les restes sanguinolents de son corps sur les rails d’un chemin de fer, en le faisant passer pour un terroriste mort lors d’un attentat à la bombe. Le 9 mai 1978, cette version fut reprise et présentée aux médias et au grand public par des juges corrompus s’étant hâté de faire passer le rebelle pour un vil terroriste ayant voulu s’en prendre aux chemins de fer en recourant à une explosion à la bombe.
Et, pourtant, Felicia, la maman de Peppino ne cherchera pas vengeance. Elle finira par se ranger à la cause de son fils qui œuvra toujours pour la justice et qui milita longtemps dans l’espoir de garantir une existence paisible et sereine pour tous.

Vingt ans plus tard, justice fut faite et, pour la première fois dans l’histoire de la Sicile, le mafieux du nom de Badalamenti fut condamné à la prison à vie.

Felicia Impastato

Felicia a tourné le dos à la mafia depuis la mort de son fils et elle a commencé à enseigner aux jeunes générations comment combattre la mafia à travers l’engagement pour les études et l’amour de la culture. Cette mère, née dans la mafia et en ayant souffert des affres les plus terribles, soutient depuis lors, en connaissance de cause, que seule la culture et l’accès à l’instruction permettent véritablement de lutter contre la mafia.

L’histoire de Peppino a été mise en scène en l’an 2000 à travers un film intitulé « 100 Passi » ou « 100 Pas », car seulement 100 pas séparaient la maison natale de Peppino de celle du chef mafieux Badalamenti Gaetano, le commanditaire de son assassinat. 100 Passi en ligne ici.


Francesca Licari a donc voulu rendre hommage à la mère Felicia Impastato et à son fils Peppino, à travers une œuvre artistique aux formes multiples s’adressant aux petits comme aux grands.
Elle a conçu un film, FIORE DI MAGGIO, réunissant un théâtre de marionnettes à partir de figurines en papier mâché pour les enfants et un jeu théâtral pour adulte, s’appuyant sur le dialogue et la danse. Ecrivain, artiste et metteur en scène Francesca fait jouer les enfants des écoles primaires afin de les sensibiliser très tôt à l’histoire des hommes et des femmes ayant sacrifié leurs vies dans l’espoir de rendre ce monde meilleur. Les enfants représentent ceux qui prendront le relais et qui devront faire face aux innombrables défis au cours des générations à venir. c’est pour cette raison que nous devons mieux les préparer pour qu’il soient à même d’affronter le futur.

Francesca Licari ajoute une dimension shakespearienne aux personnages de Felicia et de Badalamenti dans le but d’ajouter une touche poétique à cette histoire si triste, si tragique.
L’artiste a souhaité représenter le mafiosi ayant tant nui à cette famille, et certainement à bien d’autres, de façon presque nue, pour signifier à tous qu’il n’est ni plus ni moins qu’un homme comme les autres. Qu’on ne devrait pas avoir peur de ceux qui menacent tant d’âmes par la force des armes, à l’appui d’une violence aveugle, meurtrière et si crue.
Elle salut donc ici le courage extraordinaire d’un fils qui donne l’exemple d’une façon si radicale et si admirable, dans l’espoir que demain puisse offrir des jours meilleurs aux filles et aux fils d’Italie et d’ailleurs, quels qu’ils soient .

Tout en constituant un acte de mémoire pour Felicia et pour Peppino, ma vidéo est aussi une hymne à la vie, qui reste merveilleuse. Elle est dédiée à tous ceux qui croient à la justice et qui oeuvrent pour un monde meilleur.

Francesca Licari

Le rôle du mafieux Gaetano Badalamenti est joué par l’acteur Filippo Fugazzotto qui apparait comme un roi nu, dans toute sa faiblesse humaine, avec ses peurs, ses cauchemars et sa culpabilité pour montrer à tous qu’un mafieux est avant tout un homme comme tout autre, sans plus. Il ne représente donc pas une figure inatteignable et invincible dont on devrait avoir peur. Francesca Licari joue elle-même le rôle de Felicia, cette mère et grand-mère, en essayant de restituer l’amour inaliénable entre la mère et son fils disparu. C’est un peu comme un rappel du mythe de Prospérine et Démeter dont l’amour est capable de ressusciter, dit-on, même face aux forces de l’enfer.

Crédits Photos : Francesca Licari et Peppino_Impastato.jpg (370×497) (biografieonline.it)

2 réflexions sur “Peppino Impastato : La tragédie n’est pas la fin, le silence seul la rendrait telle

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s