Lilith, le Mythe & l’Art pour mieux Vivre Ensemble

Quand la vérite émerge du fond des âges pour rejoindre la réalité de notre monde contemporain, nous invitant à oser un regard nouveau sur les relations Homme-Femme…

Quand l’Art s’offre au service du vivre-ensemble dans la dignité et le respect, hommes et femmes deviennent complices et non pas ennemis autour du mythe fondateur de Lilith, longtemps bafouée…

L’exposition Lilith, l’Art et le Mythe : Convergences plurielles pour un Meilleur Vivre Ensemble s’est tenue du 22 au 24 octobre 2021 dans les salons de l’hôtel de ville de Briey. Elle a accueilli le public du 23 au 24 octobre, avec un vernissage le 22 au soir.

EurynewsExpoBriey2021YDOeuvres
Oeuvres d’Yves Deruette

La poétesse Eurydice Reinert Cend s’est entourée d’artistes partageant les nobles valeurs humaines qui lui sont chères. L’idée de cette exposition est née de la volonté de faire prendre conscience au plus grand nombre du fait que c’est main dans la main que hommes et femmes doivent cheminer afin de faire grandir nos sociétés modernes en humanité. En sachant que le mythe fondateur de Lilith a été méticuleusement banni des saintes écritures du livre de la Genèse, qui appartient aussi bien à la religion juive qu’à celles chrétienne et musulmane, ce personnage féminin s’avère éminemment universel et central.

EurynewsExpoBriey2021Saveria_Acage
Bashkhim, Roland Gonzalez, Eurydice Reinert, Saveria, Valérie (devant), Robert Marin Marc Olenine (à l’arrière)

Voici en quelques mots le contenu de la mini conférence d’Eurydice Reinert sur la thématique de l’exposition lors du vernissage : « C’est en remontant aux sources, à la racine même du mal, que l’écrivain a voulu éclairer ses contemporains sur l’aberration relevant du fait que certains considèrent toujours l’homme comme devant être au-dessus de la femme, du point de vue culturel et sociétal.

Il est dit dans la Genèse : “Au commencement Il les créa homme et femme, homme et femme il les créa”. Et ces deux premiers créés étaient, à n’en point douter, Lilith et Adam et non pas Adam et Ève, comme les autorités religieuses ont toujours voulu le faire croire depuis si longtemps. Plus tard seulement viendra Ève, que l’on a toujours brandie comme étant la première femme d’Adam.

Mais alors pourquoi a-t-on voulu effacer toute trace de Lilith appartenant à l’un des mythes fondateurs les plus importants de l’histoire de notre humanité ? Eh bien, Tout simplement parce qu’elle était la première femme rebelle, celle qui a revendiqué son statut d’égale à l’homme, face à Adam et, pour cause, de façon légitime.

EurynewsExpoBriey2021MoOeuvresLlith
Ensemble de Mo autour de Lilith

Si, à l’échelle planétaire, notre morale commune d’origine judéo-chrétienne s’avère bel et bien basée sur ce mensonge phénoménal, sur cette omission volontaire, aussi subtile que néfaste, au détriment de la vérité qui ne nous a été livrée que de façon partielle depuis l’aube des temps, comment s’étonner encore du fait que les relations entre hommes et femmes soient toujours aussi compliquées et problémtiues, aujourd’hui encore ?

Le constat est simple ! Ces valeurs morales biaisées sont partagées par plus de trois-quart des habitants de notre planète autour des traditions de références juives, chrétiennes et musulmanes. Les luttes de pouvoir incessantes entre ces deux sexes ne datent pas d’aujourd’hui et, malheureusement, au vu de ce que nous révèlent les faits divers appartenant à l’actualité de notre monde moderne, malgré les progrès sociologiques et culturelles et ceux technologiques, l’épanouissement de la femme semble toujours assujetti au bon vouloir des désirs de certains hommes, qui se croient toujours tout permis la concernant.

Or, il est grand temps que les choses changent à la lueur de cette autre vérité qui se doit d’éclater et d’être largement répandue afin que les uns et les autres, hommes et femmes se rendent compte que les prétentions de supériorité et autres luttes intestines, par pur désir de puissance, ne riment en aucun cas avec humanité et fraternité. Qu’elles ne conduisent jamais, au grand jamais, qu’au chaos et au déclin de toute civilisation.

N’oublions jamais que tout homme, si grand soit-il, naît d’une femme, même de nos jours  et pour longtemps encore ! Peut-être qu’à la lumière de cette simple vérité certains pourront faire taire toute violence inutile contre plus faibles qu’eux, qu’il s’agisse d’enfants, de femmes, de personnes âgées, des plus fragiles ou bien des animaux. Toute violence stérile est le fruit d’un mal-être profond, et seule une société apaisée avec des foyers véritablement heureux, sans tensions relationnelles excessives, permettra aux uns et aux autres de s’en affranchir, à tous les niveaux. »

Les Arts ayant cette capacité extraordinaire à réunir les hommes autour de l’essentiel, la musique était présente dans le cadre de cette exposition avec la présence de la musicienne, chanteuse et auteur compositrice Alicia Arthur, qui a donné un concert le soir du vernissage.

EurynewsExpoBriey2021AliceArthur1
Alice Arthur en concert

Avec élégance et talent, elle a su adoucir l’ambiance de façon admirable et sobre lors de cet évènement. Sa voix douce et mélodieuse a naturellement fait voyager le public présent tout au long du vernissage, venant joyeusement en écho à cette merveilleuse quête du vivre ensemble dans la dignité, largement exprimée ici, au cœur de cette exposition. Alice Arthur a chanté au public certains titres évocateurs de son dernier album Nuits Indigo tels que : RivieraPas faite pour çaEn accord, ou encore L’art et la manière. C’est donc en véritable show-woman qu’elle a animé cette soirée avec sa belle touche féminine, aussi noble que belle.

EurynewsExpoBriey2021ERC_MO
Eurydice Reinert Cend & Mo, au micro

Le plasticien Mo a, quant à lui, présenté un ensemble de six tableaux conçus autour de Lilith dans une approche minimaliste et originale proche de celle des arts premiers. Ses gravures, néanmoins sophistiquées et expressives, nous disent l’essentiel en peu de choses et interrogent sur les différents aspects de la nature de Lilith, telle qu’elle a toujours été présentée aux quelques-uns qui avaient connaissance de son existence, jusqu’à nos jours.

Mo propose également une stupéfiante œuvre monochrome affichant un visage décharné, quasi fantomatique, se situant au-dessus de représentations d’ouvrages représentatifs des trois grandes religions du livre. Tel le Prestigieux tableau de Munch intitulé Le Cri, celui-ci vient se positionner à son tour en un cri muet, au regard de l’histoire de notre humanité, comme pour demander des comptes de ce qu’on a fait de la vérité de Lilith, la femme-première depuis la nuit des temps et ce qu’on fait aujourd’hui encore de la femme. C’est donc un regard à la fois inquisiteur et pertinent que pose l’artiste sur cette thématique singulière pour nous interpeller à notre tour sur le nôtre.

EurynewsExpoBriey2021BashkhimWorking
Bashkhim en pleine réalisation

L’artiste-peintre et sculpteur Bashkhim a exposé ici un ensemble de tableaux autour de Lilith mais aussi concernant la réalité de notre monde pour ce qui relève des relations humaines. Sa vision de la femme éminemment, poétique et respectable, transparaît dans ses œuvres à la fois colorées et vives, entremêlant savamment personnages féminins et masculins de façon à restaurer l’équilibre sans cesse vacillant entre ces deux sexes, nous invitant à oser un autre regard sur la vérité de nos relations humaines pour tendre véritablement vers le meilleur.

Sur d’autres tableaux ce sont des visions d’amazones, ces femmes fortes, qui à l’instar de Lilith, n’ont jamais voulu s’assujettir à quelque domination que ce soit, préférant mener, seules, leur existence à leur guise. Certains tableaux de Bashkhim représentent étonnamment des visages masqués, plutôt d’actualité. L’un d’eux côtoie étrangement une forme féminine représentée de façon fugitive. Certains d’entre eux aux regards pénétrants et intenses semblent nous questionner sur le sens réel à donner à ce qu’il advient de notre monde, en considération de la brûlante thématique du « Vivre Ensemble ». D’autres, diversement articulés autour du voyage, nous rappellent également que la vie est éphémère. Comme le voyage, elle ne dure qu’un temps et se doit d’être appréciée surtout pour ce qu’elle est et non pas seulement pour nos fantasmes individuels ou collectifs, dans une approche égoïste et réductrice vis-à-vis de l’autre, des autres.

ExpoBriey2021_Eurynews
Oeuvres de Marc Olenine

Le photographe Marc Olenine a, quant à lui, exposé un ensemble de tableaux photographiques se rapportant à Lilith et à la nature. La place de la femme dans les œuvres de cet artiste s’avère admirable, d’autant plus que même la nature elle-même semble prêter corps à la femme comme on peut le remarquer sur certains tableaux. Ici, une photographie sur laquelle un tronc d’arbre s’offre superbement au regard comme une femme qui se révèle dans toute sa splendeur ou là, de façon plus discrète mais suggestive à travers une pose plus discrète. Le choix de la prépondérance du noir et blanc sublime ici le tout pour ne révéler que ce qui doit l’être, laissant à chacun le choix de l’interprétation, bien au-delà de la perception des images.

Les photographies en noir et blanc avec la femme au parapluie rouge semblent mettre en scène la condition féminine de façon universelle, à l’époque moderne. Pour exister, il semble bien qu’elle doive se préserver de la violence, ici représentée par la couleur rouge, d’une manière ou d’une autre. Savoir se mettre à l’abri du pire et, surtout, ne pas faire de vague pour ne pas s’attirer les foudres de ceux qui détiennent le pouvoir. Raison probable pour laquelle elle est présentée de dos, le regard tourné vers un inaccessible horizon.

EurynewsExpoBriey2021RobertMarin_1
Robert Marin et ses oeuvres

Le sculpteur Robert Marin a proposé au public un ensemble de tableaux ayant comme particularité la technique du métal sur bois. Des personnages féminins, dont l’un d’après l’œuvre de Juan Miguel Aguilera, l’Amazone, ayant servi à l’illustration du volume 2 des Amazones du Knoryl d’Eurydice Reinert Cend et une œuvre de l’artiste peintre Palix pour l’illustration de son conte mythique Lilith, l’enchanteresse autour de laquelle s’articule cette exposition, y figurent magistralement.

Robert Marin sublime la femme tout aussi bien sur ses œuvres originales, la représentant toujours de façon belle et admirable, que sur celles inspirées par ces autres artistes. Ainsi, ses sculptures métalliques sur pivots mobiles s’offrent-elles librement à la vue, révélant cette formidable audace qui siérait si bien à toute existence dignement conquise et menée, à la face de la destinée. On voit ici et là des bustes argentés, composés d’anneaux soudés les uns aux autres pour prendre corps, ou encore cette œuvre saisissante composée de pièces de récupération d’un moteur de voiture, superbement agencées, pour offrir un ensemble artistique digne de ce nom.

EurynewsExpoBriey2021V
Yves Deruette et visiteurs

EurynewsExpoBriey2021Y1DeruettesOeuvres

L’artiste-peintre Yves Deruette célèbre, lui, la femme avec des peintures hautes en couleur, exprimant sa vision aussi enthousiaste que belle du concept du vivre-ensemble qui ne devrait être fait que de respect et de dignité.

Tout comme Bashkhim, il fait chanter et danser les couleurs sur ses toiles et suggère des émotions plurielles à travers l’intensité chromatique qui en ressort de façon originale pour interpeller chacun sur la véritable nature des choses, bien au-delà de l’imaginable.

L’être humain est fait d’émotions plurielles qu’il s’agit de servir au mieux afin de permettre à tout un chacun de mener une existence positivement appréciable. Peut-être est-ce là le message que nous offrent ici tous ces artistes, des plus remarquables, qui se révèlent aussi attentifs aux autres qu’au sort de notre humanité ?

Cette exposition s’avère bel et bien une réussite, dès lors, dans la mesure où l’ensemble des participants a su et a pu y exprimer sa conception des choses en lien avec la thématique de la possibilité de mieux vivre ensemble autour de convergences plurielles, qu’elles soient artistiques ou culturelles, dans une même vision de la dignité humaine, toujours et encore basée sur le respect. Chose également appréciée par le public qui est venu découvrir les œuvres exposées et échanger avec les artistes.

Nous remercions aussi les artistes qui étaient prévus pour présenter leurs œuvres dans le cadre de cette exposition initialement prévue pour mars 2020 et qui n’ont pu se joindre à nous, finalement, pour maintes raisons. Merci beaucoup à Danièle et Jean-Marie Burgin, à Marie Hiblot, Roland Gonzalez,  Inspiraria,  Juliette Luljeta Elezi  et à Michèle Lallemand qui étaient au programme de l’exposition de mars 2020.

Nous rendons hommage à Jean-Marie Gasteuil, artiste-peintre de renom, qui voulait également exposer avec nous mais qui a été malheureusement emporté par la maladie, entre-temps.

Un grand Merci à Palix, qui n’a pu se joindre à nous mais dont la splendide œuvre sur la couverture du livre Lilith, l’enchanteresse est également présente à travers l’une de celles de Robert Marin, de même qu’à Juan Miguel Aguilera pour sa superbe Amazone, ici reprise par le même artiste sur un autre support.

 

Et, naturellement, un grand MERCI à la ville de Briey pour l’organisation comme pour l’accueil. Merci à la municipalité d’Audun le Roman pour le soutien matériel, au Républicain Lorrain et à Mirabelle TV pour le relai en matière d’information, en amont, en aval.

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s