Marylène Bergmann, formidable fée Lorraine

Voici l’étonnant portrait de Marylène Bergmann, l’une des plus admirables reines de la télévision. Du Luxembourg à la Belgique, en passant par la Lorraine, Marylène Bergmann est reconnue, plébiscitée et célébrée comme l’une des personnalités incontournables de cette grande région des frontières. L’Amérique a failli nous la ravir lorsqu’un rôle lui a été proposé pour jouer dans le fameux feuilleton télévisé Santa Barbara. Mais la présentatrice est restée fidèle à ses premières amours et est sagement revenue au Luxembourg où elle accomplira la plus grande partie de sa carrière.

Eurynews2017Marylène Bergmann.jpg

Élue Miss Lorraine en 1975, dès après l’obtention du baccalauréat, la jeune fille se met en quête d’un emploi. Elle se voit proposer un poste de remplacement pour la présentation des émissions du soir sur Télé-Luxembourg, deux ans plus tard. L’occasion d’y obtenir un poste plus stable se présente seulement quelques mois plus tard. Cette même chaîne de télévision vient de lancer un concours en vue de recruter une nouvelle présentatrice. La jeune miss Lorraine se présente au milieu de centaines de candidates venues des quatre coins de la France, du Luxembourg et de la Belgique. Le jury est alors composé de diverses célébrités dont Michel Drucker, Evelyne Pagès, Frédéric François, ou encore Jean Stock. Le grand public est également invité à voter. Marylène arrive largement en tête dans ce contexte hautement concurrentiel et fait un triomphe, autant auprès du public que du jury.

L’aventure entamée en 1977 prend rapidement une tournure professionnelle intéressante. De Télé-Luxembourg à Mirabelle TV, en passant par RTL, pour laquelle elle travaillera pendant de nombreuses années, la belle anime des émissions diverses et variés : des programmes dédiés aux enfants, des jeux, des débats, des talk-shows et même le nouveau journal du soir, alors baptisé 40 Minutes, qui allie infos et interviews. Les éditions spéciales du 40 Minutes, enregistrées depuis la base d’Al Ahsa en Arabie Saoudite lors de la guerre du Golfe puis en Oural, pour la visite du dernier goulag de Perm 35, l’emmènent à explorer davantage la phase internationale de sa carrière.

omag2015MaryleneBergmannEury2a

Elle présentera également la Nouvelle édition spéciale en novembre 1992, depuis New-York, lors des élections présidentielles, au moment où se déroule aussi le célèbre marathon de cette ville. A ce palmarès impressionnant s’ajoute la présentation quotidienne du journal en studio, pendant cinq ans, jusqu’en 1995. Depuis 2012, c’est Mirabelle TV qui s’offre le privilège de pouvoir compter sur ce talent hors pair parmi ses présentateurs. Marylène Bergmann y anime une émission intimiste et instructive au cours de laquelle elle reçoit diverses personnalités. Xavier Bettel, l’actuel premier ministre du Grand Duché du Luxembourg, Michel Roth, Geneviève de Fontenay, Jean-Marie Pelt, Anne-Sophie Mathis, Olivier Larizza, Yves Blin et bien d’autres encore figurent parmi les rares privilégiés interviewés avec savoir-faire et grâce par cette grande Dame dont la présence rassure et invite naturellement à l’échange.

 Lors de l'enregistrement de l'une des séances de rencontre de son émission "De vous à moi" sur Mirabelle TV avec l'invité Yves BLIN

Il faut le reconnaître, Marylène Bergmann irradie sur le plateau où, sa présence rayonne et crève l’écran, sans rien enlever à celle de ses invités. Mais cela ne doit rien au hasard. Marylène est dotée d’une bonté d’âme que l’on ressent instantanément à son contact. Son sourire inimitable, sa beauté intemporelle de même que sa voix feutrée et douce opèrent de façon magique sur ceux qui l’approchent et lui valent cette belle réputation acquise dès le départ, et qui ne s’est jamais démentie depuis lors.

Reine de la télévision, assurément, mais pas seulement ! La belle fée Lorraine est également reine de générosité et de délicatesse. En tant que telle, elle est souvent invitée en tant que marraine de diverses manifestations caritatives dont celle dédiée au Téléthon en Moselle et celle pour l’UNICEF à Marly. L’enfant qui rêvait de se faire une place dans la comédie musicale a réussi bien plus que cela. Elle est allée souvent, et va aujourd’hui encore, à la rencontre d’innombrables personnes dont elle partage des moments de vie significatifs, fidèlement restitués au grand public par le biais du petit écran. Marylène a été élue meilleure animatrice de l’année à plusieurs reprises par les téléspectateurs Belges.

Outre sa carrière de présentatrice pour la télévision, Marylène Bergmann est également écrivain et artiste-peintre. A destination du jeune public, elle écrit un roman illustré par Claire Pelosato et intitulé Le cœur n’a pas d’âge, publié aux éditions « Le crayon à roulettes » en 2012. La poésie constitue également l’un de ses domaines de prédilection et s’offre en beauté et en finesse sur son site Internet. Marylène expose aussi ses tableaux remarquables, aux fabuleuses couleurs de la vie, et se voit confier le design de deux collections spéciales pour les Émaux de Longwy : Bubbles et Arlequin. « Couleurs gourmandes, fantaisie géométrique, effervescence aquatique… Ces créations sont le reflet de son univers pictural, déjà décliné sur toiles, » comme le souligne l’écrit à ce propos sur son site Internet.

omag2015MaryleneBergmannEury

Marylène Bergmann a bien voulu répondre à notre jeu de questions-réponses et nous l’en remercions. En voici l’interview riche d’enseignements, sur le ton de la confidence et de la générosité chère à l’admirable fée, tant aimée, que beaucoup s’accordent à désigner comme étant une Belle Personne, et nous en attestons :

Plus de 30 ans de télévision… que pensez-vous de votre parcours professionnel des plus remarquable avec le recul ?

          37 ans de télévision exactement, depuis le 24 septembre 2014, car j’ai fait ma toute première annonce-speakerine à cette date, en 1977. Quand je regarde en arrière, j’avoue que j’ai du mal à réaliser que j’ai accompli tout ce trajet dans un univers qui, à priori, n’était pas fait pour moi. J’étais d’une timidité presque maladive durant toute ma scolarité et même encore longtemps après ! Mes professeurs ont toujours souligné chez moi cette difficulté à communiquer à l’oral qui représentait à leurs yeux un sérieux handicap pour mon avenir professionnel. Et effectivement, parler devant une caméra et un micro à des millions de téléspectateurs a été un réel défi pour moi. Que d’angoisses j’ai dû surmonter au début, car je manquais tellement de confiance en moi. Mais j’avais de la volonté et du courage, vertus léguées par mes parents, et je voulais leur prouver que j’étais capable de réussir. Le chemin fut parfois chaotique, douloureux même… Mais au bout de 2 ans d’intérim et de remplacements, j’ai enfin décroché mon 1er contrat à Télé-Luxembourg, après avoir remporté un concours organisé par la chaîne. Le public a voté en masse pour moi, et cela a été comme un déclic. J’ai réalisé que tous ces gens m’appréciaient. Cela m’a rassurée et encouragée à poursuivre dans cette direction.

Quels sont les secrets d’une telle réussite ?

        Durer, dans ce milieu, c’est ce qu’il y a de plus difficile et de plus improbable. Y a-t-il des secrets ? Je l’ignore… En ce qui me concerne, je n’ai cessé de m’émerveiller du soutien et de l’affection que m’ont témoignés les téléspectateurs, tout au long de ma carrière. C’est à eux qu’il faudrait demander pourquoi ? Je crois qu’il faut avant tout rester sincère, respectueux du public, ne jamais oublier d’où l’on vient, savoir préserver des valeurs essentielles, communiquer une certaine joie de vivre… J’aime les gens, et peut-être que ça se sent.

Quelles sont les valeurs que vous chérissez et pourquoi ?

          Le respect, la loyauté, la gratitude, la générosité…

Pouvoir compter sur quelqu’un devient si rare aujourd’hui. J’ai autour de moi quelques vrais amis et ils sont ma richesse la plus précieuse. C’est dans la difficulté et sur le long terme qu’on parvient à faire la part des choses et à savoir si une relation est factice ou solide. La vie m’a appris à être prudente et à ne pas accorder trop vite ma confiance. Quand j’étais jeune, j’étais très candide, trop… Mais, on apprend de ses déceptions et de ses chagrins. Cela nous construit.

D’où vous vient l’énergie phénoménale que l’on ressent à votre contact ?

          Ah bon ?… Vous trouvez ? C’est un magnifique compliment que vous me faites et je le reçois avec bonheur. J’essaie d’être positive en toutes circonstances, de sourire aux gens et à la vie, mais ce n’est pas toujours facile, c’est un combat permanent, car je suis en réalité quelqu’un de très anxieux. Même si je projette une tout autre image. Cela dit, je puise ma force dans l’éducation et l’exemple que m’ont donnés mes parents, et mes grands-parents, dans mes lectures aussi, philosophiques et empreintes de spiritualité. Et puis, il y a la foi… Je suis très croyante. C’est un sujet intime et très personnel.

Quelle est la place de l’art dans votre vie ?

          J’ai commencé à peindre il y a 7 ans. C’était un vieux rêve. Enfant, j’ai toujours aimé dessiner. Ma maman m’y encourageait, elle qui était si douée. Elle m’achetait des livres représentant les toiles des grands maîtres, aiguisant ainsi mon goût pour l’art. Depuis, j’ai réalisé une cinquantaine de toiles et une quinzaine d’expos. Mais aujourd’hui, mes activités télévisuelles ne me laissent plus le temps nécessaire pour m’investir comme je le souhaiterais dans la peinture. Je le déplore, car ça me manque vraiment. Mais je ne peux pas faire cela en pointillé : une heure par ci, par là. J’ai besoin de m’immerger dans un état d’esprit, de consacrer des heures, des journées entières en continu à la réalisation d’un tableau. Alors, je diffère. Je me dis que la retraite n’est pas si loin de moi et que j‘aurai du temps bientôt. Je rêve aussi parfois d’une année sabbatique, mais je n’ai pas encore pris la décision. Pour l’heure, je me concentre sur mes émissions « De vous à moi » sur Mirabelle TV. Et d’ailleurs, elles sont aussi l’occasion pour moi de rencontrer de merveilleux artistes que j’ai la joie de mettre en valeur.

Le monde parfait selon vous ?

         Il ne serait qu’amour et bienveillance ! Que l’entraide remplace le chacun pour soi et tout ira déjà beaucoup mieux. Ce serait aussi un monde sans maladie, sans souffrances, sans injustices. Mais bon, j’énumère ici des banalités. Gandhi a donné une bonne définition pour construire un monde meilleur : « Sois le changement que tu veux voir en ce monde. » Si tous les gens s’efforcent d’être bons, le monde le sera aussi. Autre version, de Kofi Annan : «C’est à chacun d’entre nous de cultiver le meilleur dans sa nature et de lutter contre le pire.»

Votre message pour nos lecteurs ?

–      Une citation, encore ? J’adore les citations… Ce sont des concentrés de bon sens. Celle-ci est d’Edmond Rostand : « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. » En toutes circonstances, il ne faut jamais désespérer. Car on n’est jamais aussi seul qu’on le croit.

Si nous estimons que la réussite d’un Homme se mesure à l’aune du bonheur qu’il est capable de générer pour lui-même comme pour ceux qui l’approchent, celle de Marylène Bergmann en est incontestablement l’un des plus beaux exemples, et nous l’en félicitons grandement. MERCI, grand MERCI à Vous d’être une si adorable fée dont la belle aura rayonnera longtemps, ici comme ailleurs.

Voir son site Web : Marylène Bergmann

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s